Anne Millot, céramiste

Je crée des pièces uniques en céramique qui embellissent votre quotidien : vasques, lave-main, pied de lampe, grand plat, assiettes…

Je travaille sur commande aussi.

Vous êtes les bienvenus à l’atelier pour vous rendre compte de mes réalisations.

Décrivez votre métier avec des détails sur vos produits, services, expertise et savoir faire

Je crée des pièces uniques en céramique qui embellissent votre quotidien : vasques, lave-main, pied de lampe, grand plat, assiettes…

Je travaille sur commande aussi.

Vous êtes les bienvenus à l’atelier pour vous rendre compte de mes réalisations.

Quels matériaux utilisez-vous? Comment et où vous les procurez-vous?

Les argiles de couleurs différentes proviennent de fournisseurs que je choisis.

Les émaux sont pour beaucoup fabriqués par moi-même. J’achète les bases : feldspath, silice, kaolin et les oxydes et je procède à des compositions avec des recettes que je teste.

J’utilise différentes techniques d’émaillage, selon la pièce, le rendu attendu…

Quel est le profil type de votre clientèle ?

Mes clients sont des personnes qui aiment les pièces uniques, réalisées par une artiste. Ils privilégient les pièces avec des « imperfections », qui vibrent de naturel.

Je me rends compte que le fait main prend de la valeur au yeux des consommateurs.

L’âge de la clientèle est très vaste : de 16 à 80 ans. J’apprécie beaucoup de rencontrer des personnes si variées.

A quel âge et dans quelles circonstances avez-vous commencé ce métier ?

Très jeune j’étais attirée par tout ce qui touchait à l’art, la création…

Mon parcours professionnel a été tout autre… Après plusieurs métiers, j’ai terminé comme fonctionnaire. A 50 ans, j’ai lancé un pari sur la vie et me suis orientée pleinement en faveur d’une vie d’artiste. Le hasard de la vie, des rencontres et surtout un désir d’enfance resté ancré et bien vivant !

Où et combien de temps avez-vous été formé avant d'être prêt à créer votre entreprise ? Dans un institut de formation, auprès d’un artisan ou les deux ? Quelle est d’après vous, aujourd’hui, la meilleure façon d'apprendre votre métier ? Ecoles, formations chez l’artisans…

J’ai appris rapidement les techniques de base de la céramique, de l’argile, de la sculpture sur bois avec des enseignants formidables.

Je suis en grande partie autodidacte, tenace pour faire face aux adversités inévitables avec la céramique.

Le réseau de relations s’étoffant, j’apprécie beaucoup la générosité de partage de savoirs des autres artistes. Je tâche de rendre la pareille dès que possible autour de moi.

La meilleure façon d’apprendre est de tendre vers une autonomie mentale, accepter le temps des essais, analyser les erreurs… Et surtout s’entourer des personnes généreuses. Il y en a, je les ai rencontrées !

 

Décrivez les techniques, les outils et les matériaux que vous utilisez dans votre travail.

J’aime beaucoup travailler l’argile à la plaque pour réaliser de grandes pièces.

Les vasques sont la plupart du temps montées au colombin.

J’utilise des planches de bois, des outils en bois et métal. Je dispose d’une farandole de bassines et d’instruments afin de créer des motifs et pour les finitions des pièces

Quel rôle jouent le « talent » et la « créativité » dans votre profession ?

La créativité joue un rôle primordial dans la vie d’artiste.

Prendre le temps pour s’attaquer à une création.

Le talent, c’est autre chose. C’est un savoir faire qui s’acquiert avec le temps. Il progresse mieux si l’on est quelque peu prédisposé à l’usage de ses mains, de ses yeux, de ses oreilles.

Et qu'en est-il de l'innovation, quels sont les changements depuis vos débuts ? Utilisez-vous de nouveaux matériaux, outils, ou procédés dans la fabrication, le marketing et la commercialisation ? Quel est l'impact de l'innovation sur vos performances ? Comment votre profession pourrait-elle être encore plus innovante ?

Le contact avec la clientèle confirme ce besoin sociétal d’acquérir des pièces uniques.

Je pourrais m’orienter vers l’impression 3D, mais alors toutes mes pièces seraient identiques…

L’innovation dans notre métier c’est la reconversion en geek ! Savoir communiquer, utiliser au mieux les réseaux sociaux, prendre les photos de ses oeuvres, gérer son site web…

Quelle est la meilleure façon d'apprendre votre métier?

Ecouter, regarder, aller vers les créateurs.

Dans son atelier, c’est user de sa ténacité pour tester, aller plus loin, oser, s’aventurer, quel que soit le résultat.

C’est bien souvent des « erreurs » techniques, des essais inreproductibles que sortent les plus belles pièces !

Quel est votre message aux jeunes générations qui pourraient choisir votre profession ?

Etre créatif pour se distinguer des autres.

S’assurer des sources de revenus pour garder sa liberté de création.

Laisser un commentaire

Back to top