Que peut faire l’Europe pour protéger l’artisanat?

par AKSSISE Fatiha / Mad’in Europe

L’artisanat : un secteur clé pour le renforcement de l’identité européenne 

L’Union européenne a fait de l’unité et de la coopération l’un de ses piliers pour construire une identité européenne. Dans cette perspective, une «Journée de l’Europe», célébrée le 9 mai, a été introduite en 1985 afin de célébrer «l’unité et la paix en Europe». Cela se traduit concrètement par des politiques et des programmes de cohésion dans différents domaines. Ainsi, l’artisanat est l’un des secteurs clés dans lesquels des actions ont été menées afin de mettre en œuvre une identité pan-européenne. La question qui se pose est: comment définir l’artisanat dans le contexte européen? En d’autres termes, comment les artisans contribuent-ils à la création d’une identité européenne et comment s’y identifient-ils. L’Europe en tant que continent est composée d’une riche variété de langues et de cultures qui sont le résultat d’un riche passé historique. Par conséquent, on ne peut pas parler d’un «artisanat européen» spécifique mais plutôt d’approches différentes de l’artisanat, ce qui rend difficile sa définition. Prenons l’exemple de la céramique. Il existe des différences importantes d’un pays à l’autre en termes de techniques, de dessins et de décoration de la céramique. L’Italie, pays leader dans la production de poterie, est largement influencée par le mouvement artistique de la Renaissance.  

On y retrouve une grande variété de poteries parmi lesquelles on peut citer les poteries de l’ «Impruneta», une poterie connue pour la composition particulière de l’argile qui lui donne une couleur rouge très particulière mais également pour les références à l’art roman. 

Impruneta 1
Vases en céramique « Impruneta »  Source : https://www.terrecottemital.it/
Impruneta2 1
Photo de Francesco del Bravo : statues en céramique « Impruneta » sur les terrasses de Villa Corsini  à Florence. 

De même, la conception et la décoration des céramiques espagnoles et portugaises sont fortement inspirées de l’art arabe, les deux pays ayant été conquis par les Maures dans la seconde moitié du VIIIe siècle. Au Portugal, la technique des carreaux Azulejos s’inspire de l’art arabe: ses sols en poterie et en céramique présentent des motifs d’arabesques et des formes géométriques typiques du « Zellije » (carrelage marocain). La céramique d’Espagne est quant à elle marquée par l’art mudéjar qui fait également référence à l’art marocain et berbère. 

Azulejos
Exemple d’Azulejos sur sol en céramique 

Photo de Fernando Malo : amphore en céramique décorée avec des motifs typiques de l’art mudéjar.  

Encore aujourd’hui, les artisans sont inspirés par ces mouvements artistiques et contribuent à la perpétuation et à la sauvegarde de ce patrimoine culturel. Dans une époque fortement marquée par la mondialisation et une sorte d’homogénéisation de la culture, la diversification de l’artisanat peut faire la différence. Encourager et soutenir les artisans locaux est fondamental car cela permet de valoriser la beauté de l’identité européenne en la rendant unique.  

Source : https://www.shutterstock.com/fr/image-vector/talavera-pattern-indian-patchwork-azulejos-portugal-1127522039

Laisser un commentaire

Back to top